Pratiques policières et relations avec les communautés

Accueil
Contenu

Relations des services de police avec les Inuit - Analyse des pratiques et des politiques au Nunavik


 

Rapport soumis à Sécurité publique Canada

Police Services and Inuit in Nunavik (Arctic Québec). Knowing each other better to help each other better.

Rédigé par Marie-Ève Marchand, Pascale Laneuville, Caroline Hervé, et Francis Lévesque, Chaire de recherche Sentinelle Nord sur les relations avec les sociétés inuit, Université Laval. 

Janvier 2020

Page titre rapport

Activités réalisées

Du septembre 2019 à janvier 2020 :

  • Revue de littérature (Caroline Hervé, Francis Lévesque et Marie-Ève Marchand) ;
  • Entretiens individuels avec des policiers (Marie-Ève Marchand) ;
  • Entretiens individuels avec des membres des communautés d’Akulivik, Kangiqsujuaq et Kuujjuaq (John-Samuel MacKay et Marie-Ève Marchand) ;
  • Transcription d'entretiens (Marie-Pierre Thibault, Ève-Marie Leblanc et Marie-Pierre Renaud) ;
  • Atelier de discussion à Kuujjuaq (Pascale Laneuville, Mathilde Lapointe, Lizzie Aloupa) ;
  • Analyse des données (Pascale Laneuville et Marie-Ève Marchand) ;
  • Rédaction du rapport remis à Sécurité publique Canada (Caroline Hervé, Francis Lévesque, Pascale Laneuville et Marie-Ève Marchand).
  • Rédaction d’un compte-rendu pour les participants et les partenaires.

 

Atelier sur les relations avec les services policiers au Nunavik

Un atelier de discussions sur les relations entre les Nunavimmiut et les services policiers a eu lieu à Kuujjuaq du 29 au 31 octobre 2019. En tout, treize personnes travaillant au sein de différentes organisations et services au Nunavik (services policiers, services sociaux, direction de la protection de la jeunesse, Administration régionale Kativik, Centre d’aide aux victimes, Makivik) sont venues partager leurs expériences, leurs perspectives et leurs idées dans le but de mieux comprendre et d’améliorer l’état des relations avec les services policiers au Nunavik. Pendant ces trois journées, nous avons abordé les thématiques suivantes : le rôle et l’image des policiers au Nunavik, les relations avec les Nunavimmiut, et la collaboration avec les autres services publiques.

À travers cet atelier, nous avons senti une forte volonté de voir se resserrer les liens entre toutes les personnes, inuit et non inuit, travaillant au Nunavik. Les participants étaient d’avis qu’une meilleure connaissance mutuelle favoriserait un travail d’équipe plus efficace afin de poursuivre un objectif commun, celui de garantir la paix et l’harmonie dans les communautés. Suite à ces échanges et à des entretiens individuels réalisés dans le cadre du même projet, un rapport détaillé et des recommandations seront remis au ministère de la Sécurité publique du Canada d’ici la fin de l’année 2019.

Nous remercions Lizzie Aloupa et Pascale Laneuville d’avoir animé l’atelier, Lizzie York pour la traduction et Mathilde Lapointe pour la prise de note. Cet atelier a été organisé par la Chaire de recherche Sentinelle Nord sur les relations avec les sociétés inuit dont la titulaire est Caroline Hervé, professeure d’anthropologie à l’Université Laval. Ce projet a été financé par Sécurité Publique Canada et a pour objectif de mieux comprendre les relations entre les Nunavimmiut et les services policiers et à proposer des solutions afin de rendre ces relations plus harmonieuses.

 

Pratiques policières

 

Informations sur le projet

Ce projet a fait suite à un appel à projets de Sécurité publique Canada. Dans une perspective de réconciliation avec les peuples autochtones engagée par les gouvernements et suite à de nombreuses problématiques et de malentendus culturels entre les travailleurs oeuvrant dans les communautés et les autochtones, cette recherche visait à analyser plus spécifiquement les relations entre les Services policiers et les Inuit du Nunavik (Arctique québécois). Par l'observation des déterminants historiques et des dynamiques contemporaines, notre regard se posera plus spécifiquement sur les pratiques et les politiques des services policiers pour mieux comprendre les incompréhensions culturelles qui ternissent la relation, les pratiques positives ou négatives .

Le but est de proposer des pistes d'amélioration des relations à travers 5 objectifs:

  1. Documenter la nature des relations historiques entre les policiers et les Inuit;
  2. Identifier les politiques et pratiques de recrutement des policiers qui favorisent ou préviennent la reproduction de comportements racistes, sexistes ou ethnocentriques parmi leurs employés; 
  3. Comprendre les facteurs culturels qui empêchent le développement d'un lien de confiance;
  4. Identifier les pratiques positives qui favorisent le développement de bonnes relations;
  5. Analyser les facteurs aggravant la vulnérabilité des femmes inuit face à la violence.

 

Partenaires

Partenaire régional : Corps de police régional Kativik

Partenaire gouvernemental : Centre de justice de proximité du Nunavik

Partenaire financier : Sécurité publique Canada

 

Coordonnatrice du projet

Marie-Ève Marchand: marieeve.marchand@gmail.com