Membres

Accueil
Contenu

Titulaire

Caroline Hervé est professeure adjointe au département d’anthropologie de l’Université Laval et membre du Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA). Depuis plus d’une dizaine d’années, elle mène des recherches sur les dynamiques politiques des sociétés inuit en s’intéressant tout particulièrement aux relations que les Inuit ont tissé avec les Qallunaat (Blancs) vivant et travaillant dans le Nord. Après l’obtention de son doctorat en 2013 (Université Laval et École des hautes études en sciences sociales), elle a effectué un post-doctorat d’un an à l’Université d’Alaska à Fairbanks (2015). En plus d’articles scientifiques, elle a publié en 2015 l’ouvrage Le pouvoir vient d’ailleurs. Leadership et coopération chez les Inuit du Nunavik (PUL). Outre ses activités de recherche, elle a été directrice exécutive de Saturviit, l’association des femmes inuit du Nunavik, de 2014 à 2017, années durant lesquelles elle a représenté les femmes inuit auprès des instances régionales et nationales et développé des activités pour améliorer le bien-être des femmes et des familles inuit.

Page professionnelle personnelle ici.

herve-caroline-chaire-relations-societes-inuit_0.jpg

 

Coordonnatrice

Pascale Laneuville a complété un baccalauréat en anthropologie à l’Université de Montréal en 2010 et une maîtrise dans la même discipline à l’Université Laval en 2013. Pendant ses études à la maîtrise, elle a séjourné à Qamani’tuaq (Baker Lake, Nunavut) pour étudier les impacts de l’ouverture d’une mine d’or sur les usages et les représentations inuit du territoires et sur le activités de subsistance. Suite à ce terrain, elle a publié Ontologie et territorialité inuit en contexte d’exploitation minière à Qamani’tuaq (Baker Lake) au Nunavut » dans la revue Études Inuit (2014). Elle a ensuite été recrutée par Saturviit, l’association des femmes inuit du Nunavik, afin de mener une enquête sur les conditions de vie, les préoccupations et les besoins des femmes du Nunavik. Après avoir publié un rapport complet de l’étude (Saturviit: Bringing Hope to Restore Peace, 2015), elle a continué de travailler sur divers projets au compte de l’association, telles qu’une conférence régionale et qu’une enquête sur les femmes inuit assassinées ou disparues. Après 5 années au sein de l'association, elle est devenue coordonnatrice de la Chaire de recherche Sentinelle Nord sur les relations avec les sociétés inuit.

Pascale_0.png

 

 

Étudiants

Doctorat

CHLOÉ LE MOUËL

Sous la cotutelle de Caroline Hervé (anthropologie, Université Laval) et Florence Rudolf (INSA, Strasbourg).

Projet : La maison de la famille au Nunavik, pratiques spatiales au sein d’un équipement communautaire émergent

Chloé Le Mouël est diplômée en architecture depuis 2013 (INSA de Strasbourg, France) et a poursuivi ses études en anthropologie sociale et culturelle, à l’Université de Strasbourg, où elle a obtenu son master en 2015. Pendant sa première année de maîtrise ses travaux de recherche ont porté sur l’habitat inuit au Nunavik, abordé sous l’angle de l’appropriation. Tout au long de son parcours, elle a eu à cœur de faire dialoguer ces deux disciplines que sont l’anthropologie et l’architecture d’une part en portant des projets d’urbanisme tactique au sein d’associations et collectifs pluridisciplinaires, mais aussi en s’impliquant dans un projet de recherche-action sur les bâtiments patrimoniaux réhabilités en logements social dans la région Grand Est (France).

Chloé est récipiendaire de la bourse de mobilité du CIÉRA (2018), de la bourse de terrain (2017) et de la bourse d'études doctorales (2017-2020) du partenariat Habiter le Nord québécois (CRSH 2015-2020), et d'un contrat doctoral INSA de Strasbourg et Région Grand Est, dispositif « Soutien aux doctorants » (2016-2019).

Chloe%CC%81%20Le%20Mouel.png

 

LAËTITIA MARC

Sous la direction de Caroline Hervé (anthropologie, Université Laval).

Projet: La voix des femmes inuit en matière de gestion environnement en contexte de changements climatiques (titre provisoire)

Laëtitia a obtenu une licence d'histoire avec spécialité en sciences politiques en 2016 à l'Université Rennes 2. Durant la 3ème année effectuée aux Etats-Unis à Nazareth College of Rochester, elle a mené ses premières courtes recherches sur les femmes iroquoises. 

En 2018, elle a complété un master d'Histoire, relations internationales, mondialisation et interculturalités. Elle a réalisé un mémoire en deux ans portant sur le rôle des avocats chiliens dans la défense des autochtones au Chili intitulé : "Diffusion et application du droit international autochtone au Chili : le cause lawyering au service des droits de l'Homme". Durant ces deux années de recherches, elle s'est rendue au Chili pour son enquête de terrain et a effectué un stage d'un mois dans l'ONG Observatorio Ciudadano à Temuco (Chili). 

L.Marc%20-%20nb.jpg

 

MARIKA VACHON

Sous la codirection de Caroline Hervé (anthropologie, Université Laval) et Myriam Blais (architecture, Université Laval).

Projet: Les processus de réalisation des projets d'habitations au Nunavik: vers une conception inclusive des acteurs locaux

Titulaire d’un baccalauréat en architecture (Université Laval, 1999) et d’une maîtrise en architecture (design urbain) portant sur la densification des quartiers centraux à Hanoi au Vietnam (Université Laval, 2004), Marika a principalement oeuvré, au cours des vingt dernières années, à titre d’architecte et de gestionnaire de projets de construction au Québec ainsi qu’à l’étranger. Combinant à la fois l’expérience de direction de projets institutionnels majeurs, l’élaboration de stratégies immobilières et la direction d’équipes de chargés de projets de construction, elle a su développer ses compétences stratégiques, de mobilisation et de gouvernance, le tout afin de mener à terme une quarantaine de projets porteurs et singuliers, selon les pratiques reconnues en gestion de projets.

Actuellement candidate au Doctorat en architecture (Ph.D.), elle vise mettre à profit son expérience professionnelle afin de créer des ponts supplémentaires entre les milieux académiques et pratiques. Elle s’intéresse plus spécifiquement aux composantes transdisciplinaires des processus de gouvernance et de réalisation des projets de logements du Nunavik et collabore étroitement au partenariat de recherche Habiter le Nord québécois : mobilier, comprendre, imaginer.

Marika est récipiendaire de la bourse d'excellence doctorale de Sentinelle Nord (2018), de la bourse de la réintégration à la recherche du FRQSC (2019-2022 et de la Bourse de doctorat Habiter le Nord québécois (2017-2020).

Photo_Marika_NB%20.jpg

 

MARIE-PIERRE RENAUD

Sous la codirection de Caroline Hervé (anthropologie, Université Laval) et Francis Lévesque (études autochtones, UQAT).

Projet: Services de santé chez les Inuit.

 


Maîtrise

VALENTINE RIBADEAU-DUMAS

Sous la direction de Caroline Hervé (anthropologie, Université Laval).

Projet: 

 

MATHILDE LAPOINTE

Sous la codirection de Caroline Hervé (anthropologie, Université Laval) et Bernard Roy (sciences infirmières, Université Laval).

Projet: Impacts sociaux, politiques et sanitaires de l’interaction entre la médecine biomédicale et les médecines autochtones au sein du ‘’Wabano Centre for Aboriginal Health’’, en Ontario.

Mathilde Lapointe a obtenu son baccalauréat en anthropologie à l’Université de Montréal en 2017. Durant ses études de premier cycle, elle entreprend de réaliser un documentaire liant l’anthropologie visuelle et l’anthropologie médicale. Nemushum (2016) survole de nombreux thèmes liés à la préservation et à la valorisation des médecines traditionnelles autochtones, particulièrement celles des Innus et des Atikamekw. Mathilde débute sa maîtrise à l’Université Laval sur un sujet similaire, tout en continuant de s’impliquer dans le domaine de l’audio-visuel.

 

LAURIE-EMMANUELLE CHALOUX

Sous la codirection de Caroline Hervé (anthropologie, Université Laval) et Thierry Rodon (sciences politiques, Université Laval).

Projet:

 

MYRIAM LÉVESQUE

Sous la codirection de Caroline Hervé (anthropologie, Université Laval) et Johanne Daigle (sciences historiques, Université Laval).

Projet: Services médicaux chez les Innus au 20e siècle.

 

VICKIE BRABANT

Sous la codirection de Caroline Hervé (anthropologie, Université Laval) et Annie Pilote (sciences de l'éducation, Université Laval).

Projet:

 


Baccalauréat

 

MARIE-ÈVE BÉLANGER-BOULAY

Stagiaire en formation pratique

Projet: Le transfert des connaissance en recherche nordique : création d'une banque de bonnes pratiques